Tirage-EuroMillions.net

Au lieu de recevoir son jackpot il doit payer 1 million de frais de justice !

Brendan King, de Sydney, pensait récupérer les 2,7 millions de dollars australiens qui lui étaient dus selon lui. Pour faire valoir ses droits, il a porté l’affaire devant les tribunaux. Mais vu qu’il a perdu, il a été condamné à payer les frais de justice, et notamment les coûts en avocat de ses anciens collègues ! Au final, c’est lui qui va devoir payer à l’État australien 1 million de dollars !

tribunal

Il quitte le pays sans son jackpot du loto

Cet ouvrier de 43 ans, père de cinq enfants, a décidé de déménager aux États-Unis après avoir reçu une facture de plus de 650.000 € de frais de justice suite à son procès perdu contre ses anciens collègues qui ont gagné en cagnotte un jackpot de 40 millions de dollars australiens (environ 27 millions d’euros).

Mr King a porté plainte contre le responsable de la cagnotte, Robert Adams, estimant qu’il avait droit à sa part de 2,7 millions du jackpot du PowerBall remporté par ses ex collègues en mai 2016. 14 personnes participent à la cagnotte, ce qui signifie que chacune d’entre elles a dû se faire représenter par un avocat pendant l’affaire. Au final, l’ardoise a grimpé jusqu’au million, une somme impayable pour cet ouvrier.

Son entreprise possédant des sites de production un peu partout dans le monde, il a été transféré pour une période de deux ans aux États-Unis, où il pourra tenter d’oublier cette affaire en compagnie de sa famille. Pourtant, il était très confiant avant d’aborder le procès, même si cela lui coûtait beaucoup d’argent. Il avait déclaré :

« J’ai reçu bien trop de factures, » a-t-il déclaré de son domicile de Yarramalong. « Ma femme est sérieusement malade mais le tribunal me donnera raison. Je n’abandonnerai pas ce qui me revient de droit. Quoi qu’il arrive, mon plus grand trésor cela restera ma famille. Mais je mentirais si je disais que cette affaire n’a pas généré son lot de stress. »

Des 14 gagnants du loto, seulement 2 sont restés en poste dans cette usine de Liverpool après avoir reçu leur quote-part. Dès l’éclatement de l’affaire, Mr King avait été transféré vers le site de Cromer afin d’éviter des conflits pendant les heures de travail.

Son transfert aux États-Unis a été qualifié de « promotion » par son employeur, mais ce genre de mouvement parmi les ouvriers étant extrêmement rare, il en est donc suspect. Pour l’État australien, il sera beaucoup plus difficile de récupérer l’argent dû par Brendan King une fois celui-ci installé aux États-Unis.

Sur le fond, Mr King participait bien à la cagnotte mise en place par ses collègues, mais le 5 mai il fut décidé de procéder à une collecte supplémentaire et le responsable affirme ne pas lui avoir proposé de participer vu qu’il ne l’a pas croisé ce jour-là. Si sur le fond la décision du tribunal semble correcte, sur la forme les collègues de Mr King auraient pu faire preuve d’un peu de souplesse.

Ils fêtent leur jackpot avec une bouteille de mousseux

Nous restons toujours en Australie avec un couple de retraités dans le jackpot d’un million de dollars ne leur est pas trop monté à la tête. Pour fêter leur victoire retentissante, les septuagénaires ont débouché une bouteille de mousseux à moins de 10 $. Pourquoi ne pas avoir fait péter une bouteille de Dom Perignon de Veuve Clicquot ? L’explication est très simple, de leurs propres mots : « certaines choses ne changeront jamais et nous avons été habitués à vivoter. » Mais l’argument massue est pour maintenant : « de toute façon, nous serions incapables de faire la différence entre un champagne hors de prix et du mousseux bon marché. »

Peut-être quand on n’a pas l’habitude, mais c’est peut-être une bonne occasion pour ces Australiens de se mettre au haut de gamme ! De toute façon, ils ont d’autres projets : ils vont voyager à travers le monde. Même s’ils sont loin d’avoir connu une vie d’opulence, aucune autre envie ne leur vient en tête.

« Lorsque vous avez ramé toute votre existence vous vous habituez à votre sort et vous n’attendez pas grand-chose de la vie, » ont-ils déclaré.

Un Québécois gagne deux fois au loto en l’espace de 9 ans

Ceux qui disent que la foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit ne connaissent manifestement pas Jules Parent. Ce retraité québécois de 69 ans vient de gagner un second jackpot du loto en l’espace de neuf ans. En 2008, il avait déjà posé pour la photo avec un chèque géant d’environ 1 million. Moins d’une décennie plus tard, rebelote pour ce chanceux qui va faire bien des envieux parmi ceux qui n’ont jamais gagné plus de 10 € de leur vie.

Selon Loto-Québec, Mr Parent avait une chance sur 23 millions de gagner une seconde fois le jackpot du loto. « Je ne sais pas qui a déterminé cela, » a-t-il déclaré. « Je suis peut-être né sous une bonne étoile… ». A-t-on affaire à un gros joueur, qui a donc démultiplié ses chances ? Pas selon lui. Il a déclaré aimer jouer au loto, mais ne pas être un joueur compulsif. Il s’agit de l’un de ses hobbies, comme la chasse, la pêche et la randonnée.

« Je vais continuer à jouer le même montant que d’habitude, » a-t-il déclaré. « Je suis retraité, c’est donc un passe-temps comme un autre. Comme tous les jeux d’argent, parfois vous gagnez, parfois vous perdez. » Mais certains gagnent plus que d’autres…

Avec son jackpot, ce célibataire endurci va démolir sa maison actuelle pour en construire une nouvelle. « Ce sera une maison modeste, » a-t-il déclaré. « Je n’ai pas besoin d’un château, juste de quelque chose de moderne. » Il envisage également un petit voyage à Las Vegas. Avec une chance pareille, ce n’est probablement pas une mauvaise idée !

Article publié le mardi 1 août 2017

A découvrir sur notre blog

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier!