Tirage-EuroMillions.net

Adieu Assedic et HML, merci l’EuroMillions !

Quand on n’a pas fait d’études, qu’on n’a pas de talent particulier ni un physique particulièrement avantageux, les cartes que le destin nous a distribuées nous vouent à vivoter, financièrement parlant. Cela n’empêche pas d’être heureux, mais augure parfois de fins de mois difficiles, voire pire pour ceux ou celles qui, dans leur jeu, ont également reçu la carte « je ne sais pas gérer mon argent » (ou le peu que j’en ai). L’une des rares portes de sortie qui existe dans une telle situation, c’est le loto. Et ce n’est pas Beverley Doran qui va nous contredire, alors qu’elle vient de remporter un peu plus de 14,5 millions d’euros à l’EuroMillions.

Beverley Doran, gagnante de l'Euromillions

Une nouvelle vie grâce à l’EuroMillions pour cette Irlandaise

Cette mère célibataire de 4 enfants âgée de 37 ans ne devait pas avoir facile tous les jours, alors qu’elle percevait pour tout revenu 370 € par semaine. Avant de gagner son jackpot, elle avait remporté 50 € au tirage du mercredi, un très modeste avant-goût de ce qui allait l’attendre le week-end suivant. Sa sélection automatique lui a permis de trouver les 6 bons numéros du tirage de la mi-février. Pour Beverley, il s’agit d’un véritable miracle qui va la sortir de tous ces ennuis.

En effet, il y a quelques mois son compagnon la quittait, la laissant seule avec ses 4 enfants, âgés de 17 ans, 10 ans, 9 et 6 ans. Ensuite, l’autisme a été diagnostiqué chez deux de ses enfants, l’obligeant à quitter son emploi de réceptionniste pour s’en occuper. Même si elle bénéficiait d’un HLM, difficile de subvenir aux besoins de cinq personnes avec un peu plus de 1500 € par mois. Mais désormais, tous ses ennuis financiers sont du passé. Après avoir officialisé son triomphe à l’EuroMillions, elle n’a pas traîné pour organiser sa nouvelle vie. Quelques heures avant d’avoir posé pour la traditionnelle photo avec le chèque géant et la bouteille de champagne, des camions étaient venus à son logement social pour la débarrasser de ses anciennes possessions et pour déménager ce qu’elle souhaite conserver. Elle s’est empressée d’annuler ses allocations sociales et de rêver au futur radieux qui l’attend. Désormais, une nouvelle vie l’attend, exempte de fins de mois difficiles. Elle ne s’est d’ailleurs pas cachée pour le dire à la presse :

« C’est difficile à croire que tous mes ennuis financiers sont terminés. Avant, je dépensais tout mon argent pour les enfants, je devais m’habiller avec des guenilles. Maintenant, je pourrais acheter un avion si je le voulais. »

Dépenses qu’elle n’effectuera évidemment pas. Son premier achat sera une nouvelle maison, qui remplacera son habitation sociale de Shipley. On ignore si son ancien partenaire, Sean Priestley, regrette leur séparation d’il y a quelques mois. Le tatoueur a écrit sur son compte Facebook : « Elle m’a garanti que je ne recevrai pas un centime. » Néanmoins, il ne semble pas lui en vouloir. Il a déclaré aux tabloïds anglais : « Ce n’est pas mon argent. Au moins, l’avenir financier des enfants est assuré. »

La crise continue de frapper, les ventes rapides ont la cote

Cet exemple ne fait que confirmer que depuis 2008, c’est toujours la crise pour les ménages, et pas que pour les plus pauvres. Même les classes moyennes ont de plus en plus de mal à boucler les fins de mois. Si bien que les rayons « ventes rapides » des supermarchés attirent désormais une clientèle toujours plus large. Soit par nécessité, soit par souci d’économie : chez certains, faire une bonne affaire n’a pas de prix, même s’ils n’ont pas de problèmes d’argent.

En Grande-Bretagne, on peut même assister à des rixes lorsque le micro du supermarché annonce le réapprovisionnement du rayon des ventes rapide. À l’affût, les clients se précipitent alors vers la zone concernée pour nous donner parfois des scènes hallucinantes telles qu’on peut le voir durant le fameux Black Friday aux États-Unis, lorsqu’il n’est pas rare de voir des clients se battre à coups de poings pour s’arracher la boîte d’un écran plat ou d’une trottinette…

Ces scènes sont tellement ridicules que même les enfants des parents qui jouent des coudes pour attraper des boîtes de camembert à -50 %, ou des paquets de saucissons à prix cassé dont la date expiration est très proche, sont gênés pour leurs vieux. En quelque sorte, c’est le monde à l’envers.

Il découvre le corps sans vie de sa petite amie et la première chose qu’il fait, c’est de vérifier son ticket de loto

Concluons avec cette histoire macabre qui a eu lieu du côté de Brighton et qui met en scène un ticket de loto. Michael Lane, accusé du meurtre de sa petite amie mais qui nie, a néanmoins tout contre lui. Après l’avoir découverte la gorge tranchée selon ses dires, qu’a-t-il fait ? Il a appelé l’ambulance ? Les secours ? Non, il s’est rendu dans un magasin pour vérifier si son ticket de loto était gagnant ! Quand on lui a demandé pourquoi il n’avait pas appelé les autorités, il a déclaré : « je ne savais pas quoi faire tellement j’étais choqué ». Pas quoi faire pour elle, mais cela ne l’a pas empêché de continuer sa petite vie. De plus, la chambre à coucher où son corps se trouvait est ensuite partie en flammes. Mais il n’y est pour rien non plus. Meurtre, incendie… soit ce garçon n’a vraiment pas de chance (il n’a d’ailleurs pas gagné au loto), soit c’est un assassin. Même si la présomption d’innocence est la règle, permettez-nous d’avoir des doutes. Il avait d’ailleurs, après que sa petite amie lui ait notifié leur séparation, déclaré à un ami qu’elle « payerait pour ce qu’elle a fait ».

Article publié le mardi 21 mars 2017

A découvrir sur notre blog

Vos commentaires

Adieu Assedic et HML:

Que veut dire HML????

HABITATION MODERE LOYER juste une erreur pour HLM