Tirage-EuroMillions.net

Accusé d’avoir falsifié un ticket à gratter, la police débarque chez lui

Article publié le mardi 18 décembre 2018

Qui dit la vérité ? D’un côté nous avons un chef de famille au chômage avec 4 enfants à sa charge qui prétend avoir acheté un ticket à gratter authentique qui ouvre la porte à un prix de 200.000 livres. De l’autre nous avons l’opérateur qui certifie que le ticket a été modifié, et qui a appelé la police afin d’interpeller ce qu’il considère être un fraudeur… voici la dernière histoire en date qui secoue le monde des jeux de hasard en Grande-Bretagne.

Eric Walker

Un F5 qui devient E5

L’homme accusé par Camelot, Eric Walker, ne se cache pas. Au contraire, il a multiplié les interviews pour clamer son innocence alors qu’il est accusé d’avoir falsifié un ticket à gratter afin de remporter la somme de 200.000 livres.

Eric Walker, de Sheffield, avait acheté un ticket de Pharaoh’s Fortune d’une valeur de 3 livres. Lorsque l’on gratte ce jeu, le joueur dévoile 16 coordonnées sur une grille de 36 cases. Si le joueur a 3 pharaons, il gagne le prix maximum, à savoir 200.000 livres. C’est donc ce qui est arrivé à Monsieur Walker selon ses dires. Mais Camelot affirme que l’une des coordonnées menant aux symboles du pharaon a été modifiée. Il devait s’agir de F5 au lieu de E5, le joueur aurait donc ajouté une barre en dessous du F pour faire un E. Ce dont il se défend :

« La police peut me montrer comment le ticket a été trafiqué, car moi je ne vois rien. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent. S’il a été modifié, je n’ai aucune explication car je n’ai rien fait après avoir acheté ce ticket. Je n’ai pas les compétences pour effectuer un travail de faussaire. »

Selon lui, si le F est un E cela ne peut s’agir que d’un défaut d’impression. Il a invité la police à venir examiner le ticket, en insistant que dans cette affaire il est la victime, et non l’opérateur. « Je ne vais pas avouer un crime que je n’ai pas commis, ce serait stupide. Je ne vais pas changer d’avis là-dessus. »

L’enquête de Camelot établit la falsification

Un porte-parole de Camelot a déclaré qu’après avoir ouvert une enquête, les services de sécurité de l’opérateur ont établi que la coordonnée en question avait été modifiée. Le joueur n’en démord pas : il a gagné 200.000 livres et on l’empêche de toucher son magot. Il a dit : « ils sont en train de me dire que le F a été modifié en E, mais moi j’ai simplement acheté le ticket je l’ai gratté. Je n’ai rien modifié, je n’essaie pas de tricher. S’il y a une erreur d’impression, c’est leur problème, ils doivent me payer. Je vais continuer de mettre la pression sur eux, je ne lâcherai pas l’affaire. »

pharaoh

Mr Walker a affirmé avoir acheté son ticket dans une supérette et l’avoir gratté sur place, immédiatement. S’il a avoué avoir fait de la prison, selon lui ne s’agit pas d’un argument prouvant sa culpabilité. « Mon incarcération a fait de moi une meilleure personne. Depuis je suis droit comme un i pour mes enfants, » a-t-il déclaré.

Qui dit la vérité ?

Chaque ticket à gratter dispose d’un code unique, qui permet de déterminer les informations qui figurent sur le ticket et le montant qu’il permet éventuellement de gagner. À moins de connaître le code gagnant d’un jackpot, il est donc inutile de tenter de modifier un ticket pour qu’il soit gagnant, vous serez systématiquement débusqué… Si une erreur d’impression est potentiellement possible, même dans ce cas les conditions de l’opérateur prévoient probablement cette éventualité. Même le joueur de bonne foi ne pourra rien obtenir au tribunal.

La présomption d’innocence doit prévaloir, mais dans ce cas-ci il y a un autre élément qui permet de remettre en compte la bonne foi du joueur. À savoir que la case F5 a été grattée. Il s’agit de la véritable case du ticket. Si le joueur a vraiment vu E5, pourquoi l’avoir grattée ? Bien sûr il peut s’agir d’une erreur, mais cela serait un concours malheureux de circonstances. S’il avait pu présenter sa carte avec seulement 16 cases grattées, soit une par coordonnée, on n’aurait pas pu remettre en compte sa bonne foi (car comment aurait-il pu savoir que le symbole gagnant se trouvait à cette position). Ici, tout porte à croire qu’il a gratté la case F5, ensuite qu’il a gratté la case E5 pour constater qu’il y avait un pharaon. Restait alors à ajouter une barre à la coordonnée E5. Il ne s’agit bien entendu que de supputations, l’enquête de la police devrait rendre son verdict bientôt.

« Précédent:

A découvrir sur notre blog

Vos commentaires

A qui le tour????

On remarquera que la case E2 a été cochée…comme la case E5…bref les 2 seules cases qui ne devaient pas etre cochés mais qui pouvaient etre trafiquées avec le F2 et F5… 😉