Tirage-EuroMillions.net

Après les menaces, 2 amis attaquent en justice l’opérateur du loto pour non-paiement

Article publié le mardi 11 juin 2019

Dans un article précédent, nous vous avons relaté les péripéties de 2 gagnants britanniques à qui on refuse de leur payer leur jackpot en raison, selon eux, de leur statut de repris de justice. Après les menaces, ils ont décidé de passer à l’attaque en traînant l’opérateur Camelot devant les tribunaux.

Mark Goodram

D’où provient la carte de banque ?

Pour rappel, le problème est le suivant : les 2 hommes ne sont pas bancarisés, mais ils ont cependant payé leur ticket à gratter gagnant avec une carte de débit. Ils affirment qu’il s’agit d’un cadeau. De son côté, Camelot soutient devoir mener une enquête approfondie afin de vérifier si le billet a bien été acheté de façon légitime.

Ils avaient déjà menacé l’opérateur via la presse de poursuites juridiques en cas de non-paiement de leur jackpot. Ils viennent de passer à la vitesse supérieure en engageant un avocat. Celui-ci a lancé un ultimatum à la loterie : vous payez d’ici mardi, ou ce sera le procès. Ironiquement, l’avocat qu’ils ont choisi revient tout juste d’une suspension infligée par le barreau de Londres pour utilisation de stupéfiants… quoi qu’il en soit, il a déclaré :

« Mes clients ont été très candides lorsqu’ils ont raconté leur histoire, comment ils ont grandi dans des foyers, leurs problèmes dans la vie, notamment des addictions à diverses drogues, des soucis qu’ils ont tout fait pour résoudre. Dans les faits, Camelot fait payer à mes clients leur passé.

Mes clients considèrent que Camelot se comporte de façon raciste (sic, les 2 compères sont des Anglais pur souche) en les soumettant à un tel niveau de contrôle, de suspicion et de vérifications. Cela ne serait jamais arrivé avec un gagnant s’exprimant de façon châtiée. Mes clients pensent être traités ainsi en raison de leurs origines ouvrières, de leur accent du Nord et de leur passé. »

Du côté de Camelot, on campe sur ses positions : ne disposant pas de la preuve que l’achat a été réalisé avec le consentement du propriétaire de la carte, il est impossible de payer. Le fait que les 2 amis ont figuré sur la liste des criminels les plus recherchés de Bolton ne joue évidemment pas en leur faveur. Ils nient cependant avoir acheté le ticket avec une carte de débit volée. Pourquoi le propriétaire ne témoigne-t-il pas tout simplement ? Nous n’en avons aucune idée… Suite au prochain numéro.

« Précédent:
» Suivant:

A découvrir sur notre blog

Vos commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire. Soyez le premier!