Tirage-EuroMillions.net

Ce commerçant est sollicité sans cesse par des pseudos gagnants du loto

Article publié le lundi 29 janvier 2018

Les librairies qui disposent d’un terminal du loto sont la norme : ce service permet de générer des revenus tout en attirant de la clientèle. C’est le cas en France, mais aussi à l’autre bout du monde, par exemple en Australie. Sam Misiano, qui est le propriétaire d’un tel point presse à Melbourne, le sait mieux que quiconque. Mais depuis qu’un ticket gagnant de 55 millions de dollars a été vendu dans son établissement alors que le gain n’a pas été réclamé, il voit défiler de nombreux hurluberlus qui tentent de mettre la main sur le magot…

pleurs

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour s’approprier un jackpot du loto…

Depuis que l’opérateur du loto qui est actif dans l’État australien du Brunswick a fait savoir que le propriétaire d’un ticket gagnant de 55 millions ne s’était toujours pas manifesté, le point de vente qui a émis ledit billet a été littéralement pris d’assaut par des pseudos gagnants. L’annonce a été faite vers la mi-janvier. Depuis, le propriétaire de la librairie de Melbourne « Scole Lotto & News » doit écouter les histoires à dormir debout d’apprentis gagnants. Certains vont même jusqu’à pleurer devant lui pour tenter de mettre la main sur le magot, alors qu’il n’a de toute façon aucune autorité pour attribuer la cagnotte.

« J’ai tout entendu, » a-t-il déclaré, stupéfait par la tournure des événements depuis ces 2 dernières semaines. « C’est inimaginable. Il y a tellement de gens qui se sont présentés ici en me racontant des histoires pas possibles. Il y a notamment une dame qui est convaincue d’avoir jeté par accident son billet, » a-t-il déclaré au Sydney Morning Herald.

Certains clients lui ont demandé de visionner les images de ses caméras de sécurité. Outre les personnes qui sont convaincues d’être le gagnant légitime, son magasin attire désormais une nouvelle clientèle. Sa librairie est considérée comme un lieu qui porte chance, la fréquentation a triplé depuis que l’on a annoncé que la combinaison gagnante avait été validée dans ce point de vente.

Mais malgré les conséquences positives pour son commerce, Monsieur Misiano a tout de même hâte que tout cela se termine. Il a mis à son initiative une affiche sur la devanture de son magasin afin que le grand gagnant se manifeste. Il va bientôt la retirer en espérant que le chanceux sorte du bois assez rapidement, « afin de mettre un terme à mon cauchemar, » a-t-il déclaré.

6 mois pour réclamer ses gains du loto en Australie

Mais le libraire n’est peut-être pas encore au bout de ses peines alors qu’en Australie, les gagnants disposent d’un délai de 6 mois pour se manifester. Si la date butoir est passée, l’argent est transféré au fisc local. La possibilité pour le propriétaire légitime de le recevoir reste ouverte, par contre la procédure devient beaucoup plus compliquée.

M. Misiano cherche le gagnant tandis que certains de ses collègues tentent d’en escroquer

Il faut vraiment avoir confiance en la personne qui se trouve en face de vous pour faire vérifier si un ticket de loto, d’EuroMillions ou un billet à gratter est gagnant. Les cas de caissiers qui mentent quant aux gains sont légion. Nous en avons encore un exemple avec Crystelle Baton, 42 ans, une caissière qui travaille (ou plutôt travaillait) dans un magasin de tabac et de spiritueux Winn-Dixie de Fort Myers (Floride). Elle a tenté d’escroquer une personne qui lui tendait un ticket à gratter donnant droit à un prix de 600 $.

Comme c’est souvent le cas lorsque ce genre de personne mal intentionnée tente d’escroquer un client, Mme Baton a essayé de fait croire à son interlocuteur que le billet ne rapportait que 5 $. Apparemment, elle ignorait que l’entité qui gère les jeux de hasard dans l’État de Floride mène régulièrement des opérations de vérification. La Florida Lottery envoie des inspecteurs anonymes dans les points de vente pour s’assurer de l’honnêteté des distributeurs. Pas de chance pour la caissière, elle se trouvait justement en face de l’un de ces détectives lorsqu’elle a tenté de voler l’argent du gagnant.

Après avoir reçu 5 $ du propre porte-monnaie de la caissière, l’inspecteur s’en est allé pour ensuite revenir accompagné de la police. Celle-ci a retrouvé le ticket gagnant de l’inspecteur dans l’agenda de Mme Baton. Elle a donc été immédiatement arrêtée. Elle devra répondre de ses actes le 26 février prochain devant le tribunal.

La chaîne de magasins Winn-Dixie, qui se serait bien passée de cette publicité, s’est rapidement fendued’un communiqué annonçant le licenciement de sa caissière, en précisant qu’ « elle prend très au sérieux cette affaire. La confiance et la sécurité de ses clients est la première des priorités de la société. »

 

A découvrir sur notre blog

Vos commentaires

OUlàlaaaa!!!